Psychologie et Sociologie
Séduction et Drague
Couple
Compléments et autres
Passez à l'action

Comprendre la théorie de l'attachement pour les adultes

Cette page est intégralement dédiée à la théorie de l’attachement (et aux schémas psychologiques complémentaires) mais adaptée aux adultes.

Cette page sert donc surtout d’introduction, mais elle pourra procurer des éléments très intéressants sur le fonctionnement des adultes, notamment dans une situation de couple.

Si vous êtes en couple ou au bord de la rupture, vous devez sans doute obligatoirement avoir connaissance des principes fondamentaux de la théorie de l’attachement.

Contrairement à d'autres parties du site, cette page convient aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

Introduction : la théorie de l’attachement

La plupart des travaux qui concernent la théorie de l’attachement sont publiés autour du fonctionnement des enfants avec leurs parents (le plus généralement leur mère ou la personne du foyer qui s’occupe le plus d’eux).

C’est d’ailleurs ainsi que Wikipedia définit la chose :

La théorie de l'attachement est un champ de la psychologie qui traite d'un aspect spécifique des relations entre êtres humains. Son principe de base est qu'un jeune enfant a besoin, pour connaître un développement social et émotionnel normal, de développer une relation d'attachement avec au moins une personne qui prend soin de lui de façon cohérente et continue (« caregiver »). C'est dans ce sens qu'on peut dire que l'attachement est primordial pour l'évolution psychologique de l'enfant. Cette théorie a été formalisée par le psychiatre et psychanalyste John Bowlby après les travaux de Winnicott, Lorenz et Harlow.

Cependant, les schémas psychologiques qui entourent nos interactions avec les autres ne s'effacent pas subitement lorsque l’on devient un adulte.

Au contraire, ces schémas et fonctionnements sont toujours actifs et reviennent régulièrement dans nos vies.

Il est donc important de bien comprendre le fonctionnement de l’attachement chez les adultes pour espérer vivre une vie amoureuse et de couple épanouie.

Alors qu’est-ce que l’attachement chez les adultes ?

C’est dans les années 1980 que des chercheurs se sont aperçus que les liens d’attachements de l’enfance ressurgissent dans les relations amoureuses chez l’adulte.

Ainsi, la façon dont on interagit et vit avec son compagnon ou sa compagne dépend de la manière dont nos parents se sont occupés de nous durant notre enfance.

Ce ne devrait pas être une surprise !

Autre chose très intéressante, il existe 4 types d’attachements identifiés chez l’adulte : sécure, anxieux-soucieux, distant-évitant et craintif-évitant.

Mieux : chaque personne peut avoir plus ou moins tendance à tendre vers un type d’attachement et à être attiré par une personne qui a plus ou moins un autre type d’attachement !

Chaque type d’attachement apportant son lot de comportements particuliers, si vous pensez tomber toujours sur le même “genre de personne” dans vos relations amoureuses, il y a de fortes chances pour que vous attiriez un style d’attachement précis.

Avant de rentrer dans les définitions des styles d’attachement, il faut déjà présenter quelques généralités sur le sujet.

Les schémas d’attachement

Tout d’abord, cette page s’appuie fortement sur le livre “Attached” de Amir Levine et Rachel S. F. Heller et publié pour la première fois en anglais en 2010.

Il s’agit d’un ouvrage en anglais qui éclaire très fortement sur ce sujet. Si la théorie de l’attachement vous intéresse, je pense qu’il s’agit d’une lecture très importante.

Ceci étant dit, commençons par une généralité : nous sommes tous programmés pour agir d’une certaine manière.

Les décisions que nous prenons ne sont pas rationnelles, sinon tout le monde prendrait les mêmes décisions, aurait envie des mêmes choses et des mêmes personnes.

Ces schémas de pensée contrôlent de nombreuses choses dans nos vies et en particulier nos interactions avec nos proches et nos amoureux ou amoureuses.

La théorie de l’attachement traite presque exclusivement du lien qui nous unis les uns aux autres dans les relations amoureuses. Je vais parler de “schémas” pour plus de simplicité.

On a vu qu’il existe 4 schémas :

  1. sécure,
  2. anxieux,
  3. évitant,
  4. craintif-évitant

Chaque individu va fonctionner plus ou moins avec un ou plusieurs schémas (souvent plusieurs).

Ainsi, une personne aura peut être une majorité du schéma “sécure” et un peu de “anxieux” et un peu de “évitant”. Cela va dépendre la situation rencontrée et de sa compatibilité avec les schémas d’attachement de sa partenaire ou son partenaire.

Il n’est pas impossible de briser un schéma d’attachement pour le remplacer par un autre. Il faut plusieurs années et on estime qu’une personne sur quatre le fera.

Ce changement peut être volontaire, mais il est souvent involontaire.

Lorsqu’un changement involontaire a lieu, la personne ne s’en aperçoit pas et son comportement amoureux change.

Il peut, par exemple, développer une obsession pour une femme ou partir dans ce qu’on appelle maintenant une dépendance affective. Ce sont deux symptômes d’un schéma d’attachement anxieux (on verra cela ensuite).

Contrairement à la croyance populaire, il n’est pas forcément mauvais d'être dépendant affectivement d’une personne. Mais pour que cela fonctionne, il faut une co-dépendance saine : chaque membre du couple est dépendant de l'autre, ce qui procure du bonheur et un fort sentiment d’être aimé.

Mais, parfois cela ne fonctionne pas.

C’est à ce moment que les couples de disputent, ne se comprennent plus et, parfois, n’arrivent pas à surmonter leurs difficultés et se séparent.

La théorie de l’attachement vient donc nous éclairer fortement sur ces schémas qui régissent nos vies.

Pourquoi on a un schéma particulier ?

Les schémas se créent au moment de l’enfance.

Au début de notre vie, les interactions qu’on a avec la ou les personnes qui s’occupent de nous vont définir notre perception de la vie.

Clairement, ce sont nos parents qui vont créer ces schémas d’attachement.

Lorsque l’on est en couple, notre partenaire est chargé d’être une “base” émotionnelle. Ainsi, en cas de besoin, de réconfort, de doute, notre partenaire va être la personne vers laquelle nous nous tournons pour avoir de la sérénité. On est programmé pour se tourner vers cette personne en cas de problème.

Notre partenaire influence aussi notre état émotionnel : s' il est en colère, on est en colère. Si notre compagne est “fun”, on va devenir “fun”, etc. Mieux : un bon partenaire peut nous donner confiance et peut nous aider à réussir des objectifs de vie (changer de travail, développer des compétences, vivre quelque part de plus adapté, etc.).

La chose importante à retenir (et c’est assez récent), c’est qu’on a des tendances à être plus ou moins dépendant d’un schéma ou plusieurs. On est donc jamais 100% sécure - par exemple.

Voici un schéma qui peut décrire ceci :

schéma théorie attachement adulte

Le schéma sécure

Le schéma d’attachement sécure est le plus répandu dans la population.

Il offre une base sûre qui permet à son partenaire d’évoluer correctement et sans entrave dans le monde.

La personne qui a un schéma d’attachement sûr écoute son/sa partenaire et l’aide à atteindre ses objectifs sans que cela remette en question la nature des sentiments qui existent entre eux.

Le partenaire a alors confiance et peut avancer dans la vie en sachant qu’il a une personne sur qui compter.

Pour autant, il arrive que les personnes sécures se retrouvent dans de mauvaises relations. Les personnes sécures ont un peu plus tendance que les autres à se laisser marcher sur les pieds.

En cas de problème, ils accordent souvent le bénéfice du doute et ne sanctionne pas toujours leur partenaire lors d’un mauvais comportement.

Cela fait que les personnes qui ont un schéma d’attachement sécure peuvent aussi mal choisir leur partenaire et être malheureux dans une relation.

Si vous possédez ce schéma :

Ne changez rien ! Mais faites attention à ne pas basculer petit à petit vers un mode d’attachement anxieux si vous êtes en couple avec quelqu’un qui a une forte tendance au schéma évitant.

Si vous êtes en couple avec quelqu’un qui a ce schéma :

Vous avez trouvé la bonne combinaison !

si vous avez un schéma anxieux ou évitant, travaillez sur vous pour développer un schéma sécure plus fort aux côtés de celle/celui que vous aimez.

Le schéma anxieux

Les personnes qui ont un schéma anxieux ont besoin d’être rassurées régulièrement dans leur relation amoureuse.

Ils sont attachés à l’autre personne, mais ils ont aussi besoin de “voir” que l’autre personne est attachée à eux.

La personne avec un schéma anxieux peut avoir besoin de la présence physique de la personne pour se sentir bien. Elle peut aussi avoir besoin de démonstration affective : baisers, prendre la main en marchant, etc.

Parfois, un simple message par SMS est suffisant pour se sentir rassuré. Mais, parfois c’est beaucoup plus qui est demandé.

Si la personne n’est pas rassurée, ses inquiétudes grandissent et il faudra beaucoup plus pour qu’elle se calme et soit enfin rassurée.

Une des conséquences de ce type de schéma est la jalousie - par exemple.

Les personnes anxieuses font preuve de beaucoup d’affection et de grandes démonstrations d’amour.

Si vous possédez ce schéma :

Vous devez être rassuré en permanence sur l’amour que votre partenaire porte sur vous.

Vous devez comprendre que votre confiance en vous ne vient pas de votre partenaire. Que vous êtes quelqu’un de bien, de méritant et de compétent.

Vous pouvez lire l’article sur la dépendance affective pour compléter la lecture.

Si vous êtes en couple avec quelqu’un qui a ce schéma :

Vous devez rassurer régulièrement votre partenaire sur vos sentiments et l’état de votre relation amoureuse.

Si vous la sentez en colère, il peut s’agir bien souvent d’un manque de démonstration amoureuse de votre part. Essayez de l’écouter et de la rassurer pour comprendre le problème.

Le schéma évitant

Les personnes qui ont un schéma d’attachement évitant ont également besoin d’amour et d’éprouver de l’attachement pour une autre personne.

La différence c’est que ce besoin leur fait peur.

Ils ont tendance à se sentir étouffés dès que l’autre personne devient trop proche.

Les personnes “évitantes” pensent être des personnes fortes et indépendantes qui n’ont besoin de personne pour vivre. Elles pensent souvent être dans une situation où ce sont les autres qui veulent les “enfermer” dans une relation.

Pour autant, les personnes évitantes peuvent faire aussi preuve de beaucoup d’affection. Puis, pendant quelques semaines, elles ignorent leur partenaire… Elles finissent ensuite par se rapprocher un peu, puis s’éloignent.

Les personnes avec un schéma évitant ont tendance à cumuler les relations sans lendemain, en tout cas plus que les autres personnes qui ne possèdent pas ce schéma.

L’avantage pour elles c’est qu’elles se remettent aussi beaucoup plus facilement des ruptures que d’autres personnes.

Elles se sentent donc très fortes mais la réalité c’est qu’elles ont du mal à nouer des relations durables avec les gens.

Ces personnes pensent généralement qu’elles tombent toujours sur la mauvaise personne ou qu’elles peuvent toujours trouver mieux.

Si vous possédez ce schéma :

Vous risquez de passer de partenaires en partenaires sans arriver à créer quelque chose de durable.

Vous pouvez aider vos relations à s’affirmer en faisant preuve de plus d’attention pour votre partenaire.

Si vous êtes en couple avec quelqu’un qui a ce schéma :

Vous devez laisser de l’espace à votre partenaire. Comprenez qu’il/elle a besoin de prendre du temps pour être seul(e), parfois en week-end avec des amis.

Ne pressez pas trop la personne pour vous engager.

Le schéma craintif-évitant ou désordonné

Beaucoup moins répandu que les autres schéma, le schéma d’attachement désordonné va contraindre la personne à être tantôt proche tantôt éloigné.

Il s’agit d’une sorte de mélange instable des schémas anxieux et évitant.

Il est très difficile pour ses personnes de nouer des vraies relations avec un partenaire.

Le couple évitant et anxieux : un cocktail destructif

Maintenant que nous avons fait le tour des schémas, vous devez vous rendre compte qu’il y a un couple d'individus qui est particulièrement toxique : le couple “évitant et anxieux”.

Lorsqu’une personne qui a un schéma évitant se met en couple avec une personne qui a un schéma anxieux, cela ne fait jamais bon ménage.

schéma théorie attachement adulte

La personne évitante aura tendance à prendre ses distances dans la relation. On peut souvent observer un comportement de ce type :

  • parler d’un ex amoureux
  • sortir toujours plus le soir avec des amis
  • etc.

La personne anxieuse aura tendance à être rassurée : on parle souvent des gens “trop collants” ou étouffants.

On voit clairement que les deux ne peuvent pas fonctionner ensemble.

Pour sauver le couple, les deux devront faire des efforts pour limiter leurs comportements anxieux ou évitants pour revenir le plus possible vers un schéma d’attachement sécure.

Malheureusement, il est souvent plus simple de se quitter lorsque l’on se retrouve dans cette situation.

Ce que la théorie de l’attachement nous dit sur les rencontres (dating)

Avec ces connaissances, on peut rapidement connaître le schéma d’attachement d’une personne après quelques sorties et rencarts (“dates”).

Vous avez plusieurs options qui s’offrent à vous :

  1. Vous pouvez d’abord demander à la personne de parler de ses parents : si elle s’entend mal avec eux, il y a sans doute un schéma d’attachement anxieux ou évitant qui entre en jeux. Si elle s’entend très bien avec et les voient régulièrement, elle est sans doute “secure” ce qui va simplifier les choses !
  2. Vous pouvez observer son comportement avec vous : est-ce que la personne a besoin de temps seul, a du mal à s’engager à dire ses sentiments ? Alors elle est sans doute évitante. Au contraire, est-ce qu’elle demande toujours de vos nouvelles, peut-être plusieurs fois par jour ? Alors elle est peut être anxieuse (schéma d’attachement “anxieux”)

Les schémas “anxieux” et “évitant” sont plus difficiles à vivre que les schémas “sécure”.

Cela ne veut pourtant pas dire que la relation est vouée à l’échec. Mais, si votre propre schéma d’attachement n’est pas “sécure”, vous aurez beaucoup de mal à vous épanouir dans cette relation.

Vivre heureux dans son schéma d’attachement

Il n’est pas toujours simple de vivre heureux lorsque l’on est en couple avec un évitant ou un anxieux - ou lorsque l’on présente ce type de schéma.

Mais, une fois que l’on a connaissance de la dynamique et du schéma qui nous habite, il est beaucoup plus facile de fonctionner à deux.

Il faut par contre mettre en place des règles et expliquer - ou tenter d’expliquer - pourquoi on réagit de telle manière et quels sont nos besoins.

Le partenaire sécure devra alors faire le deuil sur certaines choses s’il souhaite voir la relation continuer. Il va devoir comprendre qu’un changement est impossible - ou fortement improbable.

Une fois la réalité comprise et acceptée, il est possible de créer un couple heureux.

Dans les deux cas, il faudra oublier créer un couple parfait et éviter toute attente trop forte vis à vis du partenaire.

La combinaison parfaite : sécure + sécure

Si vous avez un schéma d’attachement sécure, vous recherchez sans doute une personne avec le même schéma.

C’est la combinaison parfaite qui vous permettra d’éviter les colères, les scènes de ménages incompréhensible et le “ghosting” régulier.

C’est très important de comprendre que notre partenaire va réguler notre vie : nos hormones (chez les hommes en couple la testostérone baisse), le rythme cardiaque, etc.

Une fois en couple, nous ne sommes plus tout à fait des entités séparées. C’est pourquoi il est important de trouver la bonne personne.

Si on veut réussir dans la vie, il est important de trouver la bonne personne avec laquelle se mettre en couple.

En savoir plus sur la théorie de l’attachement

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous voulez en savoir encore plus.

Je vous recommande donc quelques pages et livres :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_l%27attachement#Attachement_chez_l'adulte

https://www.la-clinique-e-sante.com/blog/dependance-affective/types-attachement

Et bien sûr, le livre référence sur le sujet : “Attached” de Amir Levine et Rachel S. F. Heller et publié pour la première fois en anglais en 2010.